Ta zone de confort financière / zone de référence

De par mon expérience, on réalise quand était dans notre zone de confort, au moment où on en sort, la boule au ventre, où on se jette dans l’inconnu, sans trop savoir ce qu’il nous attend, et puis que finalement après la phase d’apprentissage ou d’adaptation, on est trop bien ! Et là, on regarde en arrière, et on se dit que ça valait vraiment la peine de se challenger et de sortir de notre zone de connu.

Se créer une vie sur mesure, c’est ce qui m’anime depuis toujours. Après un paquet de détours, j’ai enfin pris le bon chemin ! Mes leviers ont été l’entrepreneuriat, la création d’un système financier à mon service, et la liberté intérieure.

Si toi aussi tu aspires à te créer une vie sur mesure, je t’invite à t’abonner au podcast et à rejoindre le Groupe Facebook Vie(s) de Fées. Tu y trouveras des ressources, du soutien et une communauté de femmes engagées pour t’épauler dans ton plus beau projet de vie.

Aujourd’hui, je te parle de ta zone de confort financière.

Ta zone de confort… sans aucun doute c’est une notion avec laquelle tu es familière. Mais au cas où, laisse-moi revenir dessus.

De par mon expérience, on réalise qu’on était dans notre zone de confort, au moment où on en sort, la boule au ventre, où on se jette dans l’inconnu, sans trop savoir ce qu’il nous attend, et puis que finalement après la phase d’apprentissage ou d’adaptation, on est trop bien ! Et là, on regarde en arrière, et on se dit que ça valait vraiment la peine de se challenger et de sortir de notre zone de connu.

Ce qui est important de comprendre, c’est qu’il y a deux forces qui coexistent en nous, en tant qu’être humain :

  1. La première, je vais l’appeler notre force de vie, notre élan vital, notre impulsion de vie : c’est la partie de nous qui veut vivre, intensément. La partie qui veut grandir et évoluer, c’est notre mouvement naturel en tant qu’être humain.
  2. Et la deuxième, c’est notre ego. Notre ego, qui est bien sympa et qui nous rend bien des services, mais dont le premier job est d’assurer notre survie. Il n’aime pas du tout qu’on aille se frotter à l’inconnu. Alors à partir du moment où il sent notre force de vie nous pousser à sortir de notre zone de confort, il rapplique, à coup d’émotions de peur, de croyances limitantes, de pensées bloquantes. Il va tout faire pour nous maintenir dans notre zone de confort.

C’est la tension entre ces deux forces qui amènent les comportements “j’y vais ou j’y vais pas”, et où tu ressens des résistances en toi, t’as envie d’y aller, mais tu flippes, et tu te fais tous les scénarios catastrophes possibles et inimaginables.

Zone de confort

De fait, la zone de confort, je préfère l’appeler zone de référence, c’est là zone où certes on a nos repères, nos habitudes, nos façons de faire, nos façons de penser, mais … à l’échelle d’une vie, elle est loin d’être confortable. Car si on n’en sort jamais, elle n’est plus que la prison qu’on s’est soi-même créé.

Et pourtant, comme le formule la fameuse image que tu as dû voir passer, c’est en-dehors de ta zone de confort que la magie opère. Alors ça vaut vraiment vraiment le coup, de ne pas écouter ton égo et de suivre ton élan de vie. C’est là que tu vas récolter les plus beaux cadeaux de la vie.

Parfois, ton élan de vie est tellement fort, qu’il y n’y a aucune place pour ton ego. Ça me rappelle quand je suis partie à 20 ans sac-à-dos sur le dos pour un voyage solo au Mexique. Mon élan de vie était tellement fort, que j’étais totalement hermétique à toutes les peurs internes et externes qui s’exprimaient en moi et autour de moi. J’y suis allée, sans me poser aucune question.

Mais parfois, cet élan de vie, on a désappris à le ressentir, on n’est plus tellement connecté à lui. Alors là, notre ego, il est plus fort que tout. Du coup, on focalise sur les peurs, sur tout ce qui pourrait nous arriver de terrible et d’horrible si on se lançait dans ce nouveau projet de changement, et on bouge plus.

Maintenant, revenons-en à la zone de confort financière.

On va retrouver le même fonctionnement.

En termes de finances, on se maintient naturellement dans notre zone de confort : on a un rapport à l’argent spécifique, des habitudes financières, nos idées sur la façon de gérer notre argent, des croyances au regard de l’argent, des comportements de dépenses, d’épargne, d’investissement, et tout cela peut être conscient ou inconscient…Si tu regardes de plus près, tu verras que tu as sans aucun doute un plafond financier : un niveau de revenu maximal que tu ne dépasses jamais, quoiqu’il arrive.

Et alors, si jamais tu as l’élan d’apporter du changement, de vouloir évoluer, t’enrichir, augmenter tes revenus, modifier ta façon de gérer ton argent pour le faire de façon consciente, alors ton ego se présente à toi.

Voilà ce qu’il pourrait te dire, selon tes croyances :

* mais attends, tu ne vas pas gagner plus d’argent, tu risquerais de devenir une mauvaise personne,

* tu risquerais de te faire dépasser par la gestion que cela va impliquer, ou de payer plus d’impôt,

*Tu risquerais de perdre des vieux copains, d’être rejetée par tes amis, ta famille ou ta communauté de valeurs, de ne plus être aimée,

*Tu risquerais de devenir avare, radine, superficielle, à l’image de tous ceux qui ont beaucoup d’argent

* Tu risquerais de devenir riche, alors que c’est bien connu, les riches sont des enfoirés et détruisent la planète.

* Tu risquerais de devoir te comporter comme les riches, t’acheter une voiture ou une maison secondaire.

* tu risquerais de mettre en péril l’équilibre de ton couple, en gagnant plus que ton-ta partenaire de vie.

* Et puis, tu risquerais de quitter ton mec ou ta copine, carrément, car si tu devenais autonome financièrement, alors finalement, est-ce que tu aurais encore de bonnes raisons de rester avec lui/elle.

Et puis tu risquerais de finir en burn-out, malade, seule, car vouloir t’enrichir, ça veut dire travailler plus et durement jusqu’à épuisement….

Voilà ce qu’il se passe certainement en toi, inconsciemment bien sûr, au moment de vivre certaines situations clés : Par ex, demander une promotion, négocier un nouveau salaire, rendre visibles tes offres quand tu es entrepreneure, fixer tes tarifs, parler de tes services à de potentiels clients, présenter ton activité.

 

Tu te retrouves dans des situations de résistances à l’intérieur de toi, de contradictions, de tensions. T’as envie d’y aller, t’as envie de gagner plus, mais en même temps, woauh, t’as trop les boules, et tu vas plutôt rester bien au chaud dans ta zone de confort financière pour pas risque que se réalise ce que ton ego a projeté.

Alors tu mets en place des mécanismes d’auto-sabotage, tout simplement. Comme cela, t’es bien certaine de ne pas sortir de ta zone de confort.

Je vais parler plus spécifiquement du cas de l’entrepreneuriat : parce que je connais très bien le sujet. Je suis une ancienne spécialiste de l’auto-sabotage.

Tu auras beau dire : “je veux gagner 5000 euros par mois”, si tu n’es pas profondément convaincue que ce qu’il t’attend si cette réalité-là se réalise est tout simplement magique, kiffante, génialissime, alors tu vas t’auto-saboter : c’est pas plus compliqué que cela.

Par ex :

* Tu penses à une nouvelle offre, tu commences à poser tes idées, et tu ne finis jamais, cette offre ne voit jamais le jour.

* Tu crées une offre… tu n’en parles à personne.

* Un prospect t’appelle lors d’un appel de vente : tu sabotes la vente.

* Tu pratiques des prix bas, tu proposes du troc à tout va…

* Tu mets 4 jours à rappeler ou à écrire à un prospect qui t’a laissé un message

* On te parle d’une super opportunité, tu ne la saisis pas.

* Tu ne passes jamais à l’action, tu procrastines, sous prétexte que tu te formes, que tu as tes enfants à la maison, que tu n’es pas prête, que ton site internet n’est pas finalisé, etc…

Voilà autant d’exemples de comportements d’auto-sabotage qui ont pour conséquence de t’empêcher de sortir de ta zone de confort, ce qui veut dire, de grandir, d’évoluer, et de kiffer ta vie !

Alors, moi, je t’en parle, parce que je connais par coeur tout cela. J’ai été la spécialiste de l’auto-sabotage.

Ce qui m’a permis d’évoluer c’est de faire un gros gros gros travail sur ma relation à l’argent ainsi que sur le fait de m’enrichir et de passer à un niveau financier supérieur.

Et de comprendre que cela n’allait pas me changer en tant que personne, mais au contraire que cela allait me permettre de reprendre mon pouvoir personnel, et que cela allait me soutenir dans mon évolution et dans la réalisation de mes plus grands rêves.

Je continuerai à t’en parler dans de prochains articles !

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à le partager à d’autres femmes qui pourraient avoir besoin de l’écouter. Et si as envie de prolonger les échanges, rejoins-nous sur le Groupe Facebook Vie(s) de Fées, qui se veut être la terrasse de café au coin de la rue où on se retrouve entre nous, pour refaire le monde et pour faire le monde.

Leave a comment